Connectez-vous S'inscrire
Equitv, la webTv du cheval et de l'équitation
Facebook
Twitter
Rss
Google+
Mobile

En quête de confort

Notez

D’abord très succint, l’équipement accompagnant cavaliers et montures a évolué au fil des découvertes et des connaissances humaines. Les premiers fers, étriers ou selle ont rendu la pratique de l’équitation plus aisée...


Ephippion, selle ou tapis?

On s’est longtemps demandé si l’ephippion (qui signifie «sur le cheval») des Grecs et l’ephippium des Romains désignaient une selle ou un tapis de protection. En tout cas, l’objet existait déjà au Ve siècle avant J.-C. puisque le philosophe grec Xénophon, dans son Traité de l’équitation, évoquait déjà sa crainte que l’ephippion ne blesse le cheval. Il s’agirait donc là, pour certains historiens, d’un objet dur et solide, assimilable à une selle, avec peut-être, un tapis pour éviter un contact désagréable avec le dos de l’animal... 
 


Etrier espagnol en acier, 1600
Etrier espagnol en acier, 1600

Les étriers

Les premiers étriers pourraient avoir vu le jour dans l’empire de Kushân, entre l’Inde et l’Afghanistan, aux Ier et IIe siècles, ou au VIe s. chez les Huns. selon l’ethnologue Jean-pierre Digard, les Arabes les auraient découverts en 642, en Iran. Les occidentaux s’en équipent à partir du VIIIe siècle. Il s’agit alors d’un simple triangle de fer relié à la selle par une courroie de cuir.


Mors corinthien, fin du Ve s. av. J.-C.
Mors corinthien, fin du Ve s. av. J.-C.

Le mors

Si l’utilisation comme mors d’artefacts en bois de cerf provenant de sites aussi anciens que Dereivka est encore discutée, ceux datant de l’âge du bronze (de - 2000 à - 800) sont bien reconnus comme tels. L’usage du mors en métal se répand en Europe occidentale durant l’âge du fer (de - 800 à - 50), période à laquelle apparaît le mors brisé, encore en usage aujourd’hui, qui évite que le cheval le bloque entre ses dents.

 


Modèle français du XVe s.
Modèle français du XVe s.

Les éperons

Ils apparaissent à l’âge du fer (- 800 - 50) en Europe. Premier témoignage connu, la sculpture de Phidias datée de -430 : l’Amazone blessée porte un éperon à la cheville. Dans son Traité de l’équitation, le chef de guerre et philosophe grec Xénophon (de v. -430 à -355) fait référence à cet instrument servant à stimuler le cheval.On en retrouvera dans des tombes scandinaves, accompagnés d’étriers ou de mors, entre les Ve et VIIIe siècles.


Selle « sambue », pour la monte en amazone, XVIIe s
Selle « sambue », pour la monte en amazone, XVIIe s

La selle

Le plus souvent composée de matériaux organiques, la selle résiste mal au temps. Vers les VIIIe et VIIe siècles, les assyriens sont les premiers à utiliser des tapis ou des coussins. Les peuples nomades des steppes, notamment les scythes, ont développé les premières selles. L’une d’entre elles, datée du Ve siècle avant J.-C., était composée d’une armature de bois, de coussins de crin, et de sangles ventrales. En Europe, il faut attendre le Ier siècle pour que la selle fasse son apparition.

 


Hipposandale en fer, époque gallo-romaine
Hipposandale en fer, époque gallo-romaine

L'hipposandale

Inventée par les romains, cette semelle en fer, ancêtre du fer à cheval, se fixait au sabot par un système de lanière. Les hipposandales étaient utilisées ponctuellement, sur terrain très accidenté et lors des parades. On les décorait alors richement. Celles des chevaux de néron étaient en argent, alors que sa femme, poppée, qui circulait « à mule », avait droit à l’or.


Article extrait des cahiers Science & vie "Le cheval, l'atout maître de l'homme"




Nouveau commentaire :
Facebook





Partager ce site



Derniers connectés
Elodie CHRISTOFIDIS
Isabelle FAUGERAS
Verywelsh ELEVAGE
Sandra MARGUIER
Asso. CHEVAL.LOISIRS
Christine NAVARRO
Lucie CHOQUEUX
Syndie HUOT
Florence DA SILVA
Zorro DE LA VEGA
CRI CRI
Marie ALOS